Journaliste reporter d'images - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Recruteurs. Changer de site ?

Communication, création

lu 0 fois | publié le 13/09/2017

Journaliste reporter d'images

Le JRI est un journaliste spécialisé dans la réalisation de reportages pour la télévision, les agences de presse, les sociétés de production, etc. Il se déplace sur le terrain seul ou en équipe pour évaluer, recueillir et enregistrer des éléments d’information visuels et sonores destinés au contenu éditorial de la structure.

Autres intitulés

  • Journaliste audiovisuel
  • Reporter cameraman

 

Activités principales

Sélection et préparation des sujets

  • Participer aux conférences de rédaction et prendre connaissance des sujets à traiter.
  • Assurer une veille de l’information sur différents canaux (presse, réseaux sociaux, sources, etc.).
  • Proposer à la rédaction des sujets à investiguer.
  • Mener un travail d’enquête sur le sujet choisi.
  • Échanger avec le rédacteur en chef et/ou le reporteur-rédacteur sur le traitement du sujet à couvrir.
  • Monter un projet de tournage et le valider avec la direction.
  • Prendre les contacts nécessaires à la réalisation du reportage.
  • Fixer les RDV de tournage et caler les interviews.
  • Préparer les déplacements sur le plan logistique et s’assurer du bon fonctionnement de l’unité de tournage (image, lumière et son).

 

Tournage et réalisation du reportage sur le terrain

  • Se rendre sur le terrain sur lequel le reportage s’opère et l’étudier d’un point de vue technique (lumière, bruit, flux, etc.).
  • Sélectionner un espace significatif sur lequel réaliser les prises de vue et déterminer un angle pertinent.
  • Rencontrer les contacts nécessaires à la réalisation du reportage.
  • Recueillir les informations et mener les interviews préparés en amont et/ou spontanés, avec ou sans reporter-rédacteur à ses côtés.
  • Enregistrer parallèlement les images et le son à l’aide du matériel approprié, en collaboration avec l’équipe preneur de son/caméraman le cas échéant.
  • S’assurer de la qualité de l’image, de la lumière et du son en direct en cours de reportage.
  • Tourner des images et plans d’illustration.
  • Se charger du commentaire sur image directement pendant le tournage le cas échéant.

 

Montage et suivi des reportages définitifs

  • Restituer les images tournées sous un format approprié à leur montage.
  • Évaluer les séquences, mesurer leur importance et sélectionner les plans à garder ou couper.
  • Monter et/ou suivre le montage et le mixage des images.
  • Rédiger un commentaire adapté à la durée et au montage prévu des images pour donner une cohérence globale au reportage.
  • Réaliser ou suivre le montage final de l’image et du son.

 

Variabilité des activités

Les activités du journaliste reporter d’images peuvent varier selon...

Le contexte d’activité uni ou plurimédias de la structure :

  • Lorsqu’il travaille dans un contexte unimédia, pour un journal télévisé par exemple, le journaliste reporter d’images se consacre à la réalisation de reportages sur le terrain et à leur montage éventuel en aval. Ses rythmes de travail dépendent directement de l’actualité quotidienne, mais peuvent être relativement réguliers (préparation du sujet le matin, reportage et montage dans l’après-midi, etc.).
  • Lorsque le journaliste reporter d’images appartient à un média diffusé sur plusieurs canaux parallèlement (télévision, Web, application mobile, etc.), ce qui est de plus en plus souvent le cas, ses compétences tendent à se diversifier. Il pourra ainsi rédiger des articles, publier des contenus, gérer une banque d’images et de vidéos, animer les espaces numériques (réseaux sociaux, blogs, etc.). Ses rythmes de travail sont dépendants du support et du type de média investi (contenu Web, magazine d’investigation, reportage photo, etc.). Il doit donc se montrer particulièrement adaptable et polycompétent pour être un vrai « journaliste multimédia ».

 

La taille et l’organisation de la rédaction dans laquelle il exerce :

  • Dans les structures de grande ampleur, les chaînes de télévision à portée nationale notamment, le journaliste reporter d’images peut se déplacer sur le terrain accompagné d’un reporter-rédacteur et/ou d’une équipe preneur de son/caméraman. Son rôle consiste alors à coréaliser les prises de vue et de son, les cadrer et s’assurer de leur qualité, avant de les livrer enfin au monteur. Le reporter-rédacteur oriente quant à lui le tournage du reportage, mène les interviews et écrit le commentaire associé. Le travail et les échanges au sein du binôme sont primordiaux.
  • Au sein d’une petite structure médiatique, comme une chaîne locale ou web TV, le périmètre des tâches couvertes par le JRI s’élargit et il gère autant la forme que le fond. Exerçant à la fois les activités du reporteur-rédacteur et celles du JRI, il prépare son reportage, se déplace seul sur le terrain, réalise dans le même temps les prises de vue et l’interview, et dans certains cas effectue le montage et le mixage des images et du son. S’il prend en charge ces trois étapes (réalisation, rédaction et montage), il est dit « triqualifié ».

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 25 et 30 k€

Jeune cadre : entre 30 et 40 k€

Cadre confirmé : 40 k€ et plus

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, taille et statut de la structure, etc.).

Le JRI est détenteur d’une carte professionnelle (carte de presse) délivrée par la CCIJP sous certaines conditions.

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Fonctions de collecte et d’enquête dans un grand flux d’information : flux RSS, bookmarks, réseaux sociaux, fact checking, crowdsourcing, etc.
  • Pré-analyse et problématisation d’un reportage ou d’une enquête
  • Identification des angles à privilégier dans le traitement d’un sujet
  • Maîtrise des outils et techniques de captation audiovisuelle (prise de vue et de son)
  • Maîtrise des procédures d’importation/exportation de fichiers d’images et de sons
  • Connaissances des techniques et logiciels basiques de montage (type Final Cut)
  • Écriture de contenu pour le Web : article interactif, blog vidéo, liens, référencement, etc.
  • Bilinguisme anglais et idéalement connaissance d’une ou deux autres langues étrangères
  • Connaissances de base en droit de la communication sur le Web

 

Aptitudes professionnelles

  • Curiosité et ouverture d’esprit
  • Dynamisme et réactivité
  • Culture du réseau et capacités à le développer
  • Très bon relationnel pour s’adapter à tous les interlocuteurs
  • Diplomatie et empathie afin d’instaurer un climat de confiance avec les personnes interrogées
  • Capacité d’improvisation et faculté d’adaptation aux aléas
  • Bonne condition physique
  • Respect des délais

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation supérieure de niveau Bac +2/3 (DUT, IUT, BTS, licence, etc.) à Bac +5 (master et master professionnel) en journalisme
  • École spécialisée en journalisme

 

Durée d’expérience

Le métier de journaliste reporter d’images est accessible aux jeunes diplômés. Notons que le travail à la pige (rémunération forfaitaire au reportage ou à la journée de travail) est un passage quasi obligé pour les débutants.

 

Qui recrute ?

  • Chaîne de télévision
  • Société de production audiovisuelle
  • Agence de presse audiovisuelle
  • Agence de communication

 

Rattachement hiérarchique

  • Rédacteur en chef
  • Directeur de la rédaction
  • Secrétaire de rédaction

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Reporter-rédacteur
  • Secrétaire de rédaction
  • Script d’édition
  • Documentaliste
  • Monteur
  • Chef de service
  • Rédacteur en chef
  • Directeur de la rédaction
  • Présentateur de journaux TV
  • Technicien de maintenance du matériel

 

Externes :

  • Sources et contacts (témoins, experts, spécialistes, etc.)

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

L’information étant aujourd’hui devenue synonyme d’abondance, gratuité et démocratisation, le métier de journaliste risque la banalisation. Un bouleversement des pratiques est inéluctable. Le JRI, véritable symbole de son métier, doit accompagner ces changements afin de les rendre positifs.

La révolution numérique a fait apparaître de nouveaux contributeurs à la conception et production éditoriale de l’information (start-up, agences d’information spécialisées, etc.) avec lesquelles le JRI doit cohabiter d’une part, et apprendre à collaborer d’autre part. La cohabitation et le clivage générationnel, entre les journalistes dits « traditionnels » et ceux davantage orientés sur les pratiques numériques est ainsi un véritable enjeu pour les rédactions.

Ce sont ensuite les formes d’écriture que le JRI doit faire évoluer pour s’adapter à un auditoire toujours plus exigeant, et averti. Face à la saturation ressentie par le public (« infobésité »), le journaliste quel qu’il soit doit savoir sélectionner et capter l’essentiel dans le grand flux d’informations disponibles afin de le transmettre au téléspectateur. Ses techniques de collecte, tri et vérification des données recueillies en sont modifiées (flux RSS, bookmarks, réseaux sociaux, fact checking, crowdsourcing).

Par ailleurs, le Web, par sa nature même, exige de nouvelles formes d’écriture et nouvelles compétences pour le JRI. Il doit savoir rédiger un article pour le Web (référencement, mise en forme, style, etc.) et mobiliser toutes les données et médias disponibles pour rendre le contenu de son reportage attractif pour l’utilisateur, avec un maximum d’interactivité. On recherche ainsi de plus en plus, notamment chez les pure players d’information, des journalistes ayant des compétences de développeur web.

Les conditions d’exercice du métier de JRI évoluent avec la montée du numérique. La multiplication des écrans et supports, l’augmentation des chaînes d’information en continu, la pression de l’instantanéité obligent les rédactions à alimenter en permanence les contenus digitaux. Le journaliste reporter d’images est souvent amené à travailler dans l’urgence et peut être envoyé sur plusieurs sujets dans la journée, sur lesquels il doit rendre compte en temps réel (vs les anciennes deadlines liées aux émissions diffusées à heure fixe). De nouvelles pratiques qui intensifient le travail et questionnent la qualité des contenus chère aux JRI.

Aussi, avec l’accroissement de l’exigence de réactivité et du volume d’informations à traiter, les rédactions ne sont pas toujours en mesure de mobiliser plusieurs professionnels sur un même reportage. En conséquence, les missions du journaliste reporter d’images tendent à s’élargir, de la proposition de l’angle de traitement du sujet jusqu’à la livraison du prêt-à-diffuser (PAD). Parallèlement, l’explosion du marché des médias numériques a conduit à une recherche de spécialisation de la part des journalistes, que ce soit dans le type d’investigation (vidéo, photo, enquête, data journalisme, etc.), dans le domaine d’information traitée (actualité ciblée, finance, jeux, professionnel, etc.) ou dans la cible de publics (femmes, jeunes actifs, retraités, agriculteurs, etc.). Le métier devient donc de plus en plus exigeant dans un contexte de fragilité et de mutation sans précédent du monde de l’information.

Mots-clés : métieraudiovisueljournalistecameramanreporter