« Mon métier me permet de développer une vision à la fois technique et financière des projets d'innovation. » - Apec.fr - Recruteurs

Vous êtes actuellement sur le site Recruteurs. Changer de site ?

Direction d’entreprise

lu 0 fois | publié le 27/07/2009

Témoignage · « Mon métier me permet de développer une vision à la fois technique et financière des projets d'innovation. »

Marielle Mailhes, Consultant en management de l’innovation, Cabinet Alma Consulting

Ingénieur en biologie diplômée en 2000 de l'UTC de Compiègne, Marielle Mailhes démarre son parcours professionnel en Allemagne en tant qu'ingénieur de recherche fondamentale dans un laboratoire industriel. En 2002, elle rejoint Alma Consulting group en tant que consultante en management de l'innovation : « C'est un métier que je connaissais mal mais dont j'avais entendu parler positivement par des anciens élèves de mon école. »

Alma Consulting Group est l'un des plus importants cabinets de conseil dans le domaine du management de l'innovation. Il compte environ 750 personnes en France dont 120 pleinement dédiées aux problématiques d'innovation. « Notre métier est d'aider les entreprises à mettre en place leurs projets de recherche. Nous travaillons aussi bien pour de grands groupes privés que pour des PME/PMI ou start-up. Nous pouvons intervenir sur toutes les phases d'un projet de recherche, au début comme à la fin. »

Marielle Mailhes travaille sur deux types de problématiques en particulier : le financement de la recherche et la fiscalité. « En pratique, la fiscalité de l'innovation est très liée à l'obtention du crédit impôt recherche. Il s'agit de monter un dossier en aval des projets de recherche pour récupérer une partie des investissements effectués. » Cette activité est davantage cyclique car les échéances fiscales sont fixées au 15 avril de chaque année. « De fait, le premier trimestre est souvent consacré principalement à l'étude des dossiers. Il s'agit d'une activité relativement rédactionnelle qui nécessite énormément de rigueur. »

Les missions de conseil en financement de la recherche s'inscrivent généralement sur des cycles à la fois plus longs et plus complexes. « Les grands projets européens sont plus complexes à mettre en place et à piloter que les projets nationaux, qui nécessitent un nombre moins important de partenaires. Dans la cadre de projets faisant appel à plusieurs partenaires européens, l'apport d'un consultant extérieur est apprécié. Nous pouvons apporter une vision globale, neutre et les aider sur la manière d'organiser le projet d'innovation. »

La première étape consiste à identifier les bons interlocuteurs au sein de chaque entreprise pour recueillir l'ensemble des informations scientifiques et financières nécessaires. Dans certains cas, le projet d'innovation est déjà avancé et les partenariats existent déjà. « Notre rôle est alors avant tout un travail d'analyse et de recueil d'informations auprès de l'ensemble des partenaires. Ce n'est pas toujours chose facile que de coordonner tous ces acteurs en temps et en heure. » Dans d'autres cas, le cabinet conseil va intervenir dès l'appel à projet et va accompagner ce dernier depuis sa naissance jusqu'à sa mise en place : « Nous avons alors une vision très globale du projet, y compris d'un point de vue technique. Notre intervention couvre l'ensemble des domaines d'organisation, de partenariats, de propriété industrielle, de financement et de coordination entre tous les acteurs du projet. »

« Tous les documents et dossiers que nous présentons aussi bien en France qu'au niveau européen sont rédigés en anglais. Les phases de rédaction et de présentation des dossiers de financement représentent le cœur du métier de consultant en management de l'innovation. »

Lorsqu'on l'interroge sur ce qu'elle apprécie dans son poste, Marielle Mailhes cite la polyvalence des contacts (directeur études, recherche et développement, directeur administratif et financier...) et la possibilité de travailler sur des sujets de pointe en matière d'innovation : « Nous participons au lancement de projets très innovants que nous devons appréhender d'un point de vue technique. C'est une façon d'être proche de l'innovation scientifique sans être soi-même dédiée aux travaux de recherche. »

A consulter