« Démultiplier et diffuser les messages de développement durable auprès des managers et collaborateurs de l'ensemble du groupe. » - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Recruteurs. Changer de site ?

Temoignages

lu 0 fois | publié le 16/06/2011

Témoignage · « Démultiplier et diffuser les messages de développement durable auprès des managers et collaborateurs de l'ensemble du groupe. »

Gilbert Delahaye, Directeur de développement durable, Groupe Casino

Avant d'être nommé directeur du développement durable en 2002, Gilbert Delahaye, titulaire d'un diplôme en techniques de commercialisation, a occupé plusieurs postes à responsabilité dans le groupe Casino. Il a été successivement Directeur commercial proximité (réseau des supérettes), puis contrôleur de gestion branche proximité et directeur administratif et financier de la franchise supermarchés dans le groupe Casino.

Autant de postes qui ont permis à Gilbert Delahaye de découvrir les multiples enseignes et facettes du groupe (de l'hypermarché à la supérette, du discompteur à l'e-commerce...), puisque sa fonction est transversale et qu'elle s'étend à l'ensemble des activités de l'entreprise aussi bien nationales qu'internationales. « Un directeur de développement durable doit avoir une très bonne connaissance de l'activité de son entreprise et de son fonctionnement. Il doit être généraliste et posséder des connaissances dans de nombreux domaines, sans compétences techniques particulières. Il doit savoir s'appuyer sur des experts, recourir à leurs initiatives et à leurs idées... »

Une des missions premières de Gilbert Delahaye consiste à « diffuser des pratiques dans l'ensemble des métiers du groupe. Dans les filiales internationales, où il peut aussi y avoir des services de développement durable, nous échangeons sur les bonnes pratiques, sans nécessairement les adopter car les problématiques et les législations sont différentes ; c'est le cas par exemple en Amérique du Sud où le groupe Casino est fortement implanté ».

Gilbert Delahaye a mis en place un comité développement durable d'une cinquantaine d'experts. Ils représentent les différentes entités et filiales du groupe en France et à l'étranger. « Ce comité se réunit régulièrement et définit pour l'ensemble des entités de Casino les grands axes de notre politique de développement durable. Il fixe les objectifs annuels et les réalisations à mettre en place. Ce sont nos feuilles de route ».

Il consacre aussi une part importante de son activité à la formation des managers aux enjeux du développement durable. Il intervient en outre dans différentes universités, écoles de commerce et d'ingénieurs qui ont une spécialisation environnement ou qualité ainsi que dans le cadre de manifestations organisées par la CCI de St Etienne dont il est vice-président.

Dans le groupe Casino, la fonction "développement durable" dépend de la DRH, « c'est une organisation significative de la tradition sociale de Casino, mais elle pourrait être aussi bien rattachée à la Qualité ou au Marketing comme dans d'autres groupes de la grande distribution. Notre groupe a aussi une organisation atypique avec un directeur du développement durable et un directeur de l'environnement, alors que la plupart des autres enseignes ont une fonction développement durable qui inclut la composante environnement ».

Gilbert Delahaye parle d'ailleurs plus volontiers de RSE (Responsabilité sociale de l'entreprise) que de développement durable, car selon lui, « le DD fait souvent référence à des questions d'environnement plus restrictives que les aspects sociaux et sociétaux. Or il ne faut pas oublier que l'on doit avoir une approche équilibrée entre les trois piliers du développement durable : le développement économique, le développement social et le développement environnemental. Nous cherchons aussi bien à favoriser les producteurs locaux et les fournisseurs qui respectent les règles et les droits humains, que les méthodes de production respectueuses de l'environnement et le développement des compétences de nos collaborateurs. Deux exemples : en 2008 chez Casino, nous avons signé un accord de GPEC qui était un des objectifs de notre feuille de route sociale ; au niveau sociétal, nous avons lancé 19 références Casino labellisées Max Havelaar sur 20 prévues ».

Pour Gilbert Delahaye, « ce qui compte, c'est d'avoir de l'intérêt et de l'enthousiasme pour le sujet. C'est un travail de "militant", ce qu'ignorent souvent les parties prenantes comme les ONG. Il ne faut pas être carriériste, mais faire preuve d'honnêteté et d'humilité pour occuper une telle fonction ».