Entre workaholisme et détachement, la juste distance à trouver pour se sentir bien dans son travail - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Recruteurs. Changer de site ?

Le bien-être au travail : entre distance et proximité

commentaire (0) | lu 0 fois | publié le 25/03/2015

Entre workaholisme et détachement, la juste distance à trouver pour se sentir bien dans son travail

Entre workaholisme et détachement, la juste distance à trouver pour se sentir bien dans son travail

Trop de proximité et trop de distance avec son travail se révèlent néfastes pour les cadres. Un équilibre entre vie professionnelle et vie privée est une condition nécessaire au bien-être dans l'entreprise et dans son poste.

Une relation trop proche, voire fusionnelle avec son emploi peut être néfaste. Une idée encore trop répandue veut que les cadres doivent donner l’exemple en passant beaucoup d’heures au travail et en restant connecté en permanence. Pourtant ces pratiques sont dommageables au bien-être au travail. Et il en est de même si la relation reste instrumentale : ne rester que pour des raisons financières ou parce qu’on n’a pas le choix. Il est donc important pour les cadres de se détacher de leur travail et de prendre du recul vis-à-vis de leur organisation afin d’avoir une relation équilibrée avec celle-ci.

Quelques actions qui contribuent au bien-être dans l’entreprise :

  • Consacrer une partie de son temps à des activités extraprofessionnelles (sportives, culturelles, sociales et familiales) pour se déconnecter de son travail,
  • Ne pas avoir des activités  hors temps de travail qui replongent dans une activité professionnelle (y compris consultation d’e-mails ou appels téléphoniques),
  • Prendre du recul par rapport aux choix de son entreprise (activités, stratégie, etc.) et ne pas lui vouer une loyauté sans faille, tout en restant impliqué.

Source : Apec, Le bien-être au travail : entre distance et proximité, mars 2015

 

Recherche réalisée en partenariat avec :

  • Amandine Carrier Vernhet (Ifross, Université Lyon 3)
  • Emmanuel Abord de Chatillon (IAE de Grenoble)
  • Céline Desmarais (Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud-Suisse)
  • Sophie Wodociag (Irege-Annecy)