Les cadres seraient-ils prêts à quitter l’Ile-de-France ? - Apec.fr - Recruteurs

Vous êtes actuellement sur le site Recruteurs. Changer de site ?

L'attractivité des régions auprès des cadres d'Ile-de-France

| publié le 29/08/2019

Les cadres seraient-ils prêts à quitter l’Ile-de-France ?

L'attractivité des régions auprès des cadres d'Ile-de-France

Si une majorité de cadres d’Ile-de-France se déclarent tentés par un changement de région, dans les faits, ils sont beaucoup moins nombreux à entreprendre une démarche de mobilité interrégionale. De plus, de nettes différences apparaissent entre les régions les plus désirées et celles effectivement visées.

Une majorité de cadres franciliens aspirent à changer de région

58 % des cadres*, habitant en Île-de-France et envisageant de changer de poste dans les 3 années à venir, se disent prêts à changer de région. Les cadres les moins « installés » sont les plus susceptibles de quitter l’Île-de-France. Les ¾ des moins de 30 ans sont ouverts à cette possibilité (contre 50 % des 50 ans et plus) et 64 % des cadres sans enfants (contre 53 %). Les cadres ayant déjà travaillé en dehors de la région capitale sont aussi plus enclins à une mobilité interrégionale : 68 %, contre la moitié pour ceux ayant toujours travaillé en Île-de-France.

 

La qualité de vie, première motivation des cadres pour changer de région

Les deux tiers des cadres d’Île-de-France prêts à changer de région citent le cadre de vie comme leur première motivation, loin devant les autres motivations. Mais ils n’ignorent pas pour autant le principe de réalité ; les possibilités d’emploi sont leur 2e motivation (45 %). Les concessions auxquelles ils sont prêts peuvent aider les entreprises de province à trouver des arguments pour attirer ces candidats potentiels. En effet, si ces cadres accepteraient un poste avec moins de responsabilités (73 %) ou moins de perspectives d’évolution (63 %), voire un salaire moindre (58 %), ils sont moins disposés à transiger sur l’intérêt des missions (47 %) ou un poste inférieur à leurs qualifications (40 %).

 

Un gap important entre les intentions de mobilité géographique des cadres et les actes

Si près de 6 sur 10 envisagent de quitter l’Île-de-France, ils sont toutefois en proportion bien moins nombreux à passer à l’acte. D’après les offres d’emploi publiées sur apec.fr, 10 % des candidats inscrits à l’Apec et domiciliés en Île-de-France ont postulé au cours des 12 derniers mois à au moins une offre d’emploi proposant un poste en province.

 

Des mobilités professionnelles orientées par les opportunités d’emploi

Les destinations** les plus prisées sont la Nouvelle-Aquitaine (38 %) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (31 %). Mais la hiérarchie des régions suscitant le plus de candidatures est bien différente et reflète davantage la réalité du marché de l’emploi cadre. Les candidatures concernent les régions où les offres sont les plus nombreuses et, en premier lieu, Auvergne-Rhône-Alpes (35 %). Alors que la région Hauts-de-France suscite peu de désir de mobilité (5 %), 23 % des franciliens ayant postulé en dehors de l’Île-de-France ont posé au moins une candidature dans cette région, soit presque autant qu’en Nouvelle-Aquitaine (25 %) ou Provence-Alpes-Côte d’Azur (26 %). À l’inverse, la Bretagne, envisagée par 23 % des cadres, n’attire que 13 % des candidatures.

 

* inscrits à l’Apec

** trois réponses maximum

 

Source : Apec, Attractivité des régions pour les cadres d’Ile-de-France, août 2019


Des services pour vous accompagner

Offres d'emploi / de stage

Diffusion d'offres d'emploi

Recherchez vos futurs collaborateurs

» En savoir plus

Offres d'emploi / de stage

Rédiger une offre d'emploi attractive - Un atelier pratique pour apprendre à faire

Faites de vos offres d'emploi un outil efficace de recrutement

» En savoir plus