L'ubérisation des RH : menace ou opportunité - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Recruteurs. Changer de site ?

Enjeux RH

lu 1693 fois | publié le 04/10/2016

L'ubérisation des RH : menace ou opportunité

Avec la généralisation des outils de partage, la relation entre l’entreprise et ses collaborateurs évolue en profondeur, faisant vaciller au passage l’organisation traditionnelle du travail. Un changement de paradigme qui amène les RH à questionner leur place dans l’organisation.

L’expression vient à peine de naître qu’elle est déjà dans toutes les bouches : l’« ubérisation » – le remplacement des intermédiaires traditionnels par de nouvelles plateformes d’intermédiation en ligne – commence bel et bien à ébranler le monde de l’entreprise. Le symbole de ce phénomène, qui lui a donné son nom, est la société Uber, devenue en quelques années le numéro un mondial de la commande de voiture avec chauffeur grâce à une application mobile dédiée. Signe particulier : la mise en relation directe, géolocalisée et en temps réel, d’un utilisateur et d’un chauffeur privé. Exit les platesformes de réservation. Au-delà du transport automobile, de nombreux autres secteurs sont concernés : médias, médecine, commerce, etc. Avec les conséquences que l’on sait : Amazon a remplacé les libraires, eBay a remplacé les salles des ventes et antiquaires, Apple a remplacé les disquaires...
« Demain, chaque entreprise pourrait être impactée de l’intérieur par l’ubérisation, explique Michel Barabel, intervenant dans l’Executive Master RH à Sciences Po Executive Education à Paris. Car, au même titre qu’un utilisateur d’Uber, un salarié aspire lui aussi à plus de simplicité, de flexibilité et de personnalisation du service... À l’heure du grand “RH bashing”, toute la chaîne de valeur RH – gestion du personnel, recrutement, GPEC, etc. – est exposée à la concurrence de nouvelles plateformes de services RH. »

La fin des DRH ?

Certaines entreprises ont déjà compris l’immense potentiel des nouvelles technologies pour changer l’entreprise. C’est le cas de la société Hervé Thermique, dont le PDG, Emmanuel Hervé a su profiter de l’accès généralisé à internet pour bâtir en véritable visionnaire, une entreprise agile, innovante... et sans DRH. « Nous avons construit notre modèle dans l’optique de promouvoir la liberté d’initiative, l’autonomie et la coopération », raconte-t-il. Ici, pas de patrons mais plutôt des chefs d’orchestre dont le rôle est de construire une harmonie entre les gens. Chaque salarié définit lui-même ses objectifs. Pour assumer pleinement son autonomie et sa responsabilité, chacun dispose de toutes les informations nécessaires grâce aux nouvelles technologies, qui jouent un rôle capital dans l’entreprise, qu’il s’agisse de l’intranet, des messageries ou des réseaux sociaux d’entreprise.
Est-ce à dire que la fin des DRH est proche ? Sans doute pas. « Le digital est au contraire une formidable opportunité pour les gestionnaires RH de se dégager des tâches automatisables et de gagner en valeur ajoutée, argumente Michel Barabel. La fonction RH reste également un précieux garde-fou contre la logique instrumentale et déshumanisée de l’ubérisation. Mais elle doit savoir se renouveler pour rester légitime aux yeux des salariés. » Si l’ubérisation se traduit par des pratiques et des modes d’organisation disruptifs, le lien social et la culture d’entreprise restent un socle fondamental dont les DRH doivent être les gardiens attentifs. À ce titre, le management par les valeurs devient essentiel pour donner du sens au travail de chacun et renforcer la fierté d’appartenance. C’est dans cet état d’esprit qu’est né Welcome to the Jungle une plateforme en ligne qui propose aux jeunes talents (20-35 ans) de découvrir les meilleures entreprises dans lesquelles travailler dans l’économie digitale. « Aujourd’hui, la génération Y souhaite évoluer dans un environnement de travail qui lui correspond. Pour cela, notre équipe réalise des tournages dans les entreprises, pour ensuite leur créer un profil très enrichi sur notre site avec des visuels, des interviews, et toutes les offres d’emploi à pourvoir », souligne Camille Montaz-Rosset, responsable communication de la start-up. Partant du même constat, la start-up Supermood propose d’améliorer la culture d’entreprise grâce à des outils de sondage du personnel. Le concept ? Proposer, à un rythme hebdomadaire, trois questions ludiques et rapides sur différents thèmes permettant de mieux cerner les attentes des collaborateurs en matière de culture d’entreprise : l’espace de travail, la relation entre collègues, les managers, l’évolution dans l’entreprise, le bonheur au travail, etc. « Ce questionnaire 2.0 a vocation à répondre aux attentes de transparence et d’engagement dans l’entreprise des nouvelles générations en faisant de la culture d’entreprise unequestion de tous les jours », explique son fondateur,Kevin Bourgeois.

L'ubérisation des RH : menace ou opportunité ?

Vers une nouvelle génération de DRH

Réenchanter la relation avec les collaborateurs, actuels et futurs : c’est bien le défi qui attend, demain, les DRH. « Survivre à l’ubérisation suppose un vrai changement de culture des RH, conclut Michel Barabel. Pour cela, il ne faut pas subir mais, au contraire, prendre le leadership de la transformation digitale. » Cela suppose de prendre des risques. D’accepter de tester de nouvelles solutions. De monter en compétences. De s’associer à d’autres expertises internes pour mieux répondre, ensemble, à la somme des défis à relever. Et, surtout, de rester en veille, y compris en dehors des murs de l’entreprise, pour capter les tendances et ne pas rater le train de l’innovation.


 

Article publié dans Apec RH #19, le magazine de l’Apec.
 

Couverture d'Apec RH 19


Pour plus de renseignements, contactez-nous par mail : apecrh@apec.fr


Des services pour vous accompagner

Conseils

Flash Conseil Entreprise

Obtenez une réponse immédiate à vos questions de recrutement

» En savoir plus

Conseils

Repères RH

Cernez vos enjeux stratégiques pour mieux piloter vos ressources humaines

» En savoir plus